Les revenus publicitaires plombent les éditeurs

Lundi 7 février 2011
Par Lise Millette

La baisse des revenus de publicité continue de miner les revenus des éditeurs de journaux, selon les données de Statistique Canada.

Malgré des tentatives réelles d’inverser la tendance, l’effondrement publicitaire n’a pu être renfloué. Les sommes amassées par l’ensemble des éditeurs est en chute libre. Pour les quotidiens, les 2665,5 millions de 2007 ont fondu à 2235,6, une baisse de 15,5 %. Chez les journaux communautaires, la régression a été de 10 %.

De manière générale, les revenus d’exploitation des éditeurs de journaux ont diminué de 9,8 % en 2009 pour s’établir à 4,9 milliards de dollars, réduisant la marge bénéficiaire de 12,3 % en 2008 à 9,9 % en 2009.

Pour tenter de compenser le déclin, les quotidiens ont procédé, globalement, à une augmentation de 5,4 % du prix des journaux selon l’Indice des prix à la consommation. Ces hausses ont permis de faire progresser les revenus de diffusion de 823,1 millions $ en 2007 à 837,2 millions en 2009.

Les journaux communautaires (incluant les publications universitaires et ethniques) ont adopté la même stratégie et ont assisté à une croissance de ces mêmes revenus de 37,3 à 38,1 millions $ au cours de cette période.
Cette stratégie n’a toutefois pas permis d’éponger les pertes.

De plus, au chapitre des dépenses, les salaires et les avantages sociaux ont légèrement augmenté passant de 39% des coûts à 40,2 pour cent, entre 2007 et 2009. Ces conditions de travail bonifiées ont par contre accusé un contre-coup: une diminution de la main-d’oeuvre de 5,1 % en 2009, avec plusieurs mises à pied.

Dans son analyse, Statistique Canada mentionne également que les éditeurs ont dû avaler des coûts plus importants liés au papier et à l’encre. Ces frais ont progressé de 13,3% à 14,8% de 2007 à 2009.
Cet accroissement des dépenses a eu un autre corollaire soit des réductions du travail donné à contrats. Ainsi, les commandes aux journalistes pigistes ont reculé. L’ensemble du travail à contrat a régressé de 1 pour cent, passant de 13,7% en 2007 à 12,7% en 2009.

Un commentaire sur “Les revenus publicitaires plombent les éditeurs”

  1. [...] Mentionné sur Twitter par Trente, Trente et Catherine Héroux, Benoit Larose. Benoit Larose a dit: RT @MagazineTrente: La baisse des revenus de pub plombe les éditeurs de journaux http://trente.ca/2011/02/les-revenus-publicitaires-plom … [...]

Laisser un commentaire